Une de Troye*

medium_fanny.jpg

 

 

 

* On l'on vous parlera d'andouillette, mais pas que...

 

 

 

Etat d'esprit du 9 février 2007

A la veille de la veille de la veille de la veille de la pute Valentin qui ne méritait toujours pas qu'on le canonise mais bel et bien qu'on l'homme canonise, je suis perplexe. Enfin, mère plexe, si on considère mon statut.

 

En effet, à l'aube de l'année du cochon, il semblerait que je sois plus que jamais une personne de sexe.

 

Pardon, encore oublié de finir ma phrase.

 

Je disais à l'aube de l'année du cochon, il semblerait que je sois plus que jamais une personne de sexe épilé féminin de type désesp… célibattante-sûre-d'elle-qui-déchire-trois-petits-points-surtout-les-collants-et-les-culottes-point.

 

 

Lorsque vibrait encore l'écho tapageur des douze coups de minuit indiquant l'entrée imminente et néanmoins tout de suite dans l'année suivante, je me pris à penser : "Ouéééé 2007, c'est l'année de la quéquette !"

Evidemment ce que je ne savais pas, c'est que je serais, à ce moment là et à pleins d'autres moments ensuite, la seule à me prendre (à penser, je veux dire).

 

Mais, comme je viens de le dire, à ce moment là, je l'ignorais encore. Ainsi me pris-je à souhaiter (vu par là, j'ai été assez prise depuis le début de l'année) : "Bienvenue en deux mille sexe" à tous ceux qui avaient l'heur de me croiser.

Evidemment, ce soir là tout le monde avait l'heure, puisque c'est le seul soir de l'année où à minuit, tout le monde sait qu'il est minuit. C'est pour cette raison que j'ai pu tester mon premier calembour de 2007 sur un panel honorable qui me fis conclure à ma bonnitude* avérée.

 


* A ne pas confondre avec Bonnie Tyler. Néologitude inventée par Ségolène Royal exprimant, ici, la contraction de bonnade et de bitude.

 

Et FYI, for your information, comme ils disent dans le marketing attardé, Ségolène n'a rien inventé. Prendre deux choses qui allaient très bien tout seul, et les mettre ensemble de sorte que cela ne veuille plus rien dire, ça existe depuis un bout et ça s'appelle le mariage.

 

Mais tout le monde ne peut pas être au fait des dernières innovations dans le monde de la branchitude.

 

A ce propos, si je puis me permettre un conseil, madame Royal, si vous échouez aux élections, vous pourrez toujours défier Lorie (qui elle-même est une contraction de Laura Pausini) en faisant un double combo : "la positudine".

 

D'ailleurs ça me fait penser que si j'étais rabbin, je dirai, "en 2007, vivons heureux, vivons cacher". Evidemment choisir l'année du cochon pour faire ce calembour là, c'était "so challenging".

 

Pourquoi je disais ça ? Ah oui, à cause du couscous*…

 

 

*Royal : avec des boulettes…

Commenter cet article