Quand il me prend dans Zebra …

Il y a des nuits particulières, dont le cours singulier vous change le cours d'une vie.

 Des nuits comme ça, j'en ai pas vécu depuis 2001 et le fameux "jeudi noir" qui me vit récupérer un honorable statut de chômeuse célibataire après une courte année de perte de repères dans le monde merveilleux des gens normaux. Et d'ailleurs, des nuits comme ça, je veux pas t'insulter, seigneur tout puissant, mais tu te les gardes. T'es bien urbain.

 

En revanche, si tu pouvais, dans ton infinie grandiosimse (grandiositude ?) me faire vivre d'autres nuits comme celle de samedi à dimanche, tu seras mon ami pour la vie et peut-être même que j'envisagerai à nouveau d'élever Hamilcar dans le respect des traditions de mon obédience de conglomérat plébiscité (où l'on s'aperçoit que s'ils avaient eu le dictionnaire des synonyme de winword, les juifs auraient peut-être eu un destin totalement différent).  

 
medium_metalleux.2.jpg

Quoi ? faut écouter du métal pour faire partie du peuple alu ?

 

 

Parce que mon ptit dieu, samedi soir, j'ai tellement pris mon panard que j'en ai oublié la plus grande de mes névroses. Et pour cause, il y a encore peu de temps, tu m'aurais annoncé entre les seins en poire et les pieds qui puent le fromage, que j'allais assister à une Bootleg night à base de mix by DJ Zebra, je t'aurais probablement fait perdre 10 centimètres dans la colonne vertébrale par la seule force de mon mépris.  

Moi qui pensais vendredi encore que le terme Bootleg désignait le fait de léguer sa collection de bottes, me voici reconvertie en chantre du mashup, en ouf malade de l'anglicisme musical.  

C'est sans perdre une minute ni une goutte de sueur ni le sens du zeugme, au demeurant, que je suis désormais capable d'affirmer que le sample NTM VS (versus, NDLR) Trust c'est une tuerie atomique de sa mère.

Fini, donc, le temps où je t'en aurais tapé des tartines pour dire que c'est avec un talent inédit et vraisemblablement une véritable passion pour la musique que ce merveilleux garçon explore avec malice les incontournables hits de la chanson, dans un mélange subversif de styles alliant la dextérité du geste et la joliesse du pas chassé.  

 

Non, non non, fini. Over. Finitas. Que dalle. Terminado. Robocop. Ou qui tu veux.  

 

Demain, je te raconte tout ça en détail.   Mainant j'peux pas, faut que je vais taffer sinon mon boss il va faire un truc avec sa mère (on peut pas tout comprendre le même jour non plus) et je voudrais pas causer des torts dans les familles, non plus (mais ça fait deux fois non plus).  

 

Kiss  

Fanaille

Commenter cet article