A bout portant, Lellouche, la brute et le truand

La sortie cinéma de la semaine, c'est A bout portant, un film français avec du Lellouche dedans.

Mais pas un film français français, sinon on y verrait des gens qui parlent dans des cuisines. Ce n'est pas moi qui le dit mais Fred Cavayé le réalisateur qui préfère quand les gens se font démonter la machoire et enlever leur femme en sortant de la cuisine car la rataouille était cuite.

agnes-jaoui-jean-pierre-bacri-669963.jpg

Mais pas Claude Lellouche non plus, sinon on y verrait des gens tomber amoureux et partir bras dessous en chantant chabadabada et en philosophant sur la vacuité de la vie. Ca c'est moi qui le dit.

xul_controller.php?module=media&action=Display&cmpref=30266&lang=fr

 

xxxx Petit aparté patronymique à destination des généalogistes et consorts (non sans mettre sa petite laine) xxxx

Gille Lellouche, qui je crois n'a aucun lien avec Claude est cependant le frère de Philippe, comédien itou.

Gilles_Lellouche.jpgclaude-lelouch.pngPhilippe_Lellouche-350x526.jpgLes Lellouche c'est un peu comme les Berrebi, t'en as un qui s'est bien installé en faisant des trucs indescriptibles et néanmoins géniaux, et une floppée de petits nouveaux qui n'ont rien à voir avec lui mais qui grignotent habilement le terrain sur les moteur de recherche en faisant des trucs indescriptibles et néanmoins géniaux. Avec une modestie tout à fait inégalée s'entend.

xxxx Fin de l'aparté patronymique à destination des généalogistes et consorts (pas trop loin quand même) xxxx

Pré-scriptum : si vous lisez cet article jusqu'au bout, vous pourrez y gagner des places de cinéma.


 

20100204-IMG_9078.jpgReprenons donc dans A bout portant, le personnage interprété par Gilles Lellouche est un aide soignant marié avec une espagnole qui a un étrange accent russe ou alors j'ai vraiment pas l'oreille. Celle-ci étant enceinte, il a jugé bon de reprendre ses études dans le but de devenir infirmier, ce qui quand on a des compétences de yakuza reste une décision relativement absconse, mais partons du principe qu'il ne le savait pas encore.

 

Dans l'hôpital où il officie se retrouve un type dont le ramage et le plumage fait la nique à tous les clichés existants en matière de faciès, et qui se meurt pour avoir eu la drôle d'idée d'arrêter une moto avec son pubis, me demandez pas pourquoi.

Jusqu'ici tout va bien.

L'infirmier en devenir lui sauve la vie en lui soufflant dans les bronches et s'en retourne parler dans sa cuisine avec son épouse dans le but de retrouver la saveur de la ratatouille et des films français où on parle dans les cuisines.

20100205-IMG_9329.jpgHélas, le sort et une équipe de malfrats probablement peu portés sur la production nationale mettent à mal ses plans à coups de barre à mine et lui enlèvent l'amer porteuse qui se retrouve otage.

Il doit pour la retrouver faire sortir de l'hôpital le (à priori) autre méchant qui recouvre ses forces beaucoup plus vite que la moto.

...

 

Ce que j'en ai pensé :

Roschdy.jpgQue Roschdy Zem est un acteur magistral, énorme, incroyable qui nous fait immédiatement comprendre à qui on à affaire, ce qui parvient à sauver les quelques très légères incohérences de scénario listées ci plus bas.

 

 

Les incohérences de scénario :

Claire-metro.jpgSi les policiers français se mettaient tous à courir dans la rue avec leur arme à la main il y aurait moins de monde dans les magasins de chaussure et plus dans les hôpitaux.

Mais en même temps si tous les aide soignants savaient manier une arme à feu et se battre avec leurs poings, il y aurait des gros vides dans les rangs des hopitaux (vous me direz, la perspective de perdre sa femme et son bébé est un excellent accelérateur d'apprentissage, nous en convenons).

Si on pouvait se manger une moto à 80 km/heure dans la zézette et se remettre à courir dès le lendemain, les mecs qui font Jackass n'auraient jamais eu un tel succès.

 

Ce que l'on retient :

Werner-au-36.jpgQue Gérard Lanvin devrait définitivement faire mime car il joue très bien du visage et beaucoup moins bien de la voix et mérite le Gérard du mec qui dit les mêmes répliques dans tous ses films.

Que si vous n'avez plus de nouvelles de moi dans les jours qui viennent accusez Gérard Lanvin, il vit dans l'immeuble voisin de mon bureau.

Que les policiers dans les films marchent et parlent tous de la même manière.

 

Ce que l'on aurait voulu :

Qu'en récupérant les codes des courses poursuites américaines (ce qui est une bonne chose) on n'en oublie pas moins la subtilité et la cohérence qui fait le charme des films français (la vie, la vraie quoi).

 

C'est donc vous l'aurez deviné un thriller qui s'avère plus compliqué qu'il n'y paraît sur fond d'intrigues policières menées de yeux de maître par Gérard Lanvin, acteur oculaire, Gilles Lellouche et un formidable Roschdy Zem.

Un film qu'en fin de compte, tout mis à plat, je qualifie de parfait dans son domaine aux quelques détails ci-avant cités près. Complètement haletant, qui vous tient sans longueur, sans fausse note du début à la fin.

 

Maintenant, si j'ai bien fait mon boulot, vous devriez trépigner d'envie de voir ce film qui, je précise DOIT être vu au cinéma. Et pour cela, je vous propose de gagner vos places grâce à un concours au principe très simple : "donnez-moi votre réplique préférée de Gérard Lanvin dans l'un de ses nombreux films et comme ça je pourrais m'amuser à vérifier s'il y en a en double".

 

J'ai à ma disposition 10x2 places à gagner, et là vous êtes contents que j'ai choisi Gérard Lanvin et non Gilles Lellouche ...

Commenter cet article