La vérité si je trippe

Publié dans Parlons de cul... ture

Le rêve de tout réalisateur est qu'à la sortie de son film, le monde se divise en 2 parties : ceux qui ont aimé, et ceux qui n'ont pas aimé.

On sait qu'un film qu'on peut avoir "un peu aimé mais pas tout" est un film moyen.

La vérité si je mens 3 fait partie de cette catégorie.

On a aimé, à moitié.

la_verite_si_je_mains.jpg

Sinon pour le titre on avait pensé à La vérité si je mains

 


 

Pour expliquer mon point de vue, je vous invite à découvrir cette excellente critique de Chandleyr à laquelle j'opposerai tout de même une réflexion : on ne passe pas grand chose au cinéma français.

 

Les critiques sont pourtant virulentes sur la qualité du cinéma français qui n'est pas, ne sera jamais à la hauteur des grosses machines holywoodienne. Du coup, il se doit d'être plus profond, plus intelligent voire intellectualisant.

 

Pourquoi la France ne pourrait-elle nous servir de la grosse comédie pleine de clichés débiles et de situations abracadabrantes où les héros se retrouvent à manger des vers et à faire n'importe quoi, complètement bourrés, entourés de personnages grotesques ? Tiens, cette description vous rappelle-t-elle quelque chose ? Moi oui.

 

 

 

Le film Very Bad Trip. Surtout le 2, dont le même Chandleyr disait alors, je cite :

 

"Certes la surprise est absente, mais est-ce que le plaisir s’envole ?Non, Hangover 2 est exactement ce que l’on attend de lui. Un film profondément couillon et trash et une sorte de petit moment de plaisir dans un océan de comédies toutes plus formatées les unes que les autres."

 

 

VIDEO-Very-Bad-Trip-2-la-bande-annonce_image_article_paysage_new.png

la-verite-si-je-mens.jpg

C'est sûr, les américains savent soigner leurs images

 

Pour moi, La vérité si je mens 3 est du même niveau : une comédie couillonne alternant les blagues navrantes ("Salomon n'est pas juive alors") et des répliques bien trouvées ("On dirait Diabolo et Diabolo, y'en a même pas un pour jouer Satanas").

 

J'ai ri, de même que tous les juifs de la salle qui se sont reconnus lors de la scène mythique du Kiddouch par un Cyril Hanouna très en forme.

 

Qu'est ce qui est plus raciste ? Exposer des clichés en les reconnaissant comme tel ? Ou être gêné de voir grossis les traits d'une communauté précise ? Je dis précise car en effet les juifs du textile (qu'on ne qualifie plus de juifs du sentier depuis les années 2000) sont une communauté dans la communauté. Et aussi dur à dire que cela puisse être, il y a des choses vraies. Je pense notamment à cette manie de tromper sa femme avec des non-juives, de préférence, et à cette autre manie consistant à dire des trucs complètement cons ("On fait 50/50" "Mais Serge on est 3" "Ben oui, moitié/moitié/moitié") et à se taper dans la main sans savoir vraiment si c'était fait exprès ou pas. Sans généraliser bien sûr.

 

Non, nous ne passons pas grand chose au cinéma français.

 

Là où je suis d'accord avec la critique de Chandleyr sus-linkée, c'est au sujet des acteurs, dont un Anconina consternant d'apathie (et je dis ça avec tout l'amour que j'ai pour l'interprète de Paroles et Musiques et Alive (j'ai des goûts bizarres et je les assume)).

 

Donc comme j'ai aimé à moitié La Vérité si je mens 3, je suis d'accord à moitié avec Chandleyr.

 

Sans doute à cause de ma moitié Sépharade, la moitié ashkénaze étant déjà suicidaire depuis mon tout premier calembour...

 

 

Commenter cet article