Est-ce que vous aimez le Wock N Woll ?

medium_photo-0027.jpgLOCATAIRE : s. m. et f.  [lo-ka-tê-r'] :


A l’origine, le terme “locataire” désignait principalement les mauvais garçons : logadier, logatier, locadier ; du lat. locatarius, mercenaire, homme à gages, de locare : se louer.


Il peut arriver que le locataire voyage à travers le monde en chantant des chansons, on l’appelle alors un saltimbanque.

Lorsque le saltimbanque est un mauvais garçon, on l’appelle un locataire.

 

 

 

 

 

Pour être précise : "les Locataires" sont un groupe musical (ça se dit ça ? Sont un groupe ?) de "spectacle vivant" découvert à l'occasion d'un nouvel an pour le moins agité qui m'a ramené à la force du poids niais à mes premières amours : le Rock (surtout la batterie, pour d'évidentes raisons ... musicales qu'il est inutile d'exposer ici).

Occupant une position privilégiée dans le paysage musical bourguignon, les locataires méritent pourtant une place de choix dans le PAF (Paysage Audiovisuel Français). Disons que pour le moment, ils sont tout en haut des charts dans le PIF (Présage Intérieur de Fanny) et c'est déjà énorme, me dis-je lorsque me pousse la modestie.

Un groupe à découvrir, cela va sans dire, à l'occasion d'un week end dans les terres à rides de mon pays maternel d'adoption où l'on se sent si bien, car c'est bien connu, que l'on est, en ma Yonne, aise...

Attention, je ne suis pas de l'Yonne, mais ce pays me va au teint. Tiens pour la peine j'y vais réciter une ode : A toi, Yonne, lorsque j'arrive en toi Yonne, j'aime à m'y faire rafraichir la mine, Yonne...

Bon c'est nul.

Tout ça pour dire que ce groupe, composé d'un Pirate, d'une belette en robe, d'une brésilienne tatouée  qui parfois se déguise en garçon torse nu pour les besoins du show, d'une mémère perverse, d'un merle moqueur et de David Bowie himself, sont à ne manquer sous aucun prétexte.

A découvrir en concert dans le cadre du "Fristouille tour 2006", le premier week end de mars dans la région susdite, ce sur quoi je vous en dirai plus dès bientôt.

 

LES LOCATAIRES*

 

Par : Fanny BERREBI

 

*Peut aussi désigner une injonction à ôter ses vêtements pour danser nu sur les tables : “Mets tes loques à terre”.

medium_photo_002.jpg

Commenter cet article